RÉSUMÉ

Assise sur son banc, la Veuve, femme remarquable, tisse sa toile. Quand Sophie, épouse éplorée et choquée vient lui avouer son crime, la Veuve, flattée, n’a de cesse de trouver des solutions plus rocambolesques les unes que les autres, pour camoufler ce meurtre. C’est alors qu’apparaît Mademoiselle Petitpas. Fervente catholique, elle va troubler le déroulement de cette intrigue loufoque par son amour immodéré des brioches.

LA MISE EN SCÈNE

Note d’intention

Cette pièce est une broderie, « Un Ouvrage de Dames ». Jean-Claude Danaud brode sur le thème si problématique du rapport homme-femme. Une pièce drôlissime, haletante où le spectateur est entrainé dans les ressorts de l’âme humaine : l’homme y est vu comme un prédateur et la femme comme une tueuse. Avant tout, nous souhaitons mettre en valeur la drôlerie piquante, la verve flamboyante de cette pièce. La dénonciation de la violence qui existe entre les femmes et les hommes nous semble terriblement pertinente aujourd’hui. Comment ne pas penser à ces pays où être du sexe féminin signifie être voué à l’avortement ; comment ne pas penser aux violences faites aux femmes ; à cette « annihilation complète et systématique du petit être frêle et romantique que j’étais ». Nous n’appuierons pas ce propos qui se suffit à lui-même. Mais nous avons envie de souligner le côté « série noire loufoque » et rendre la comédie grinçante.

SCÈNOGRAPHIE

La pièce se déroule dans un square à la tombée de la nuit. Un banc, un réverbère, des petits cerceaux délimitant une pelouse et dans le fond une planche découpée en taillis d’arbre où nous projetterons, à bon escient, des vidéos. La lumière sera très travaillée. Nous travaillons avec le collectif de créatifs Blotchy, qui créera une profondeur de champ et un contrepoint joyeux aux propos tenus.

LES PERSONNAGES :

LA VEUVE

Celle qui tisse la toile. Comment ne pas songer à l’araignée appelée la veuve noire. C’est une femme de tête. Elle voit tout. Obnubilée par les hommes qu’elle hait, elle ne peut s’en passer. Elle veut être Sherlock Holmes, mais c’est une formidable concierge. Son venin, c’est sa langue.

SOPHIE

C’est la femme-enfant abusée qui « craque » et commet l’irréparable. L’homme est son bourreau. Elle est la victime et l’héroïne d’un film d’épouvante. Tous les malheurs s’abattent sur elle, mais sa naïveté lui évite de sombrer. C’est elle qui aura le dernier mot de l’histoire.

MADEMOISELLE PETITPAS

Celle qui exorcise… Dame paroissienne, elle ne s’occupe que de ses pauvres. Mais sous sa facette« grenouille de bénitier » se cache une femme sensuelle, roublarde. L’homme est un idéal qu’il vaut mieux avoir embaumé qu’en chair et en os.

LES COMEDIENNES

Ce sont trois comédiennes au caractère bien trempé. C’est avec talent, savoir-faire, et générosité, qu’elles se sont glissées dans la peau de leurs personnages.

isabelle-la-veuveIsabelle LACORDAIRE : La Veuve

Elle est formée par Yoryios Petrounias (théâtre de Nanterre) et par Oscar Sisto qui, très vite, la met en scène… Elle joue sous la direction de Michèle Renard, Geneviève Brunet et Odile Mallet, Jean-Pierre Azéma, Nicole Gros, Guillaume Destrem, Jean-Christophe Roux. Elle interprète aussi bien des rôles du répertoire classique (Feyeau, Sophocle) que du répertoire contemporain (Tandem en 36, La grenadine du café d’été). Elle écrit aussi et interprète ses propres spectacles comme « Dis-moi pourquoi… », actuellement en tournée, et « Oh là là c’est un portant » (Festival d’Aurillac).

rosa-sophieRosa CADIMA : Sophie

Formée à l’Atelier International de Théâtre Blanche Salant et Paul Weaver ainsi qu’au Studio Pygmalion, elle tourne dans plusieurs courts-métrages. « Le silence d’une femme » de Régis Hierso obtint le prix de l’office Franco-Québécois pour la jeunesse. Pour la télévision, elle tourne avec Eric Le Roux dans la série Section de recherche pour TF1.
Pour le théâtre, elle joue dans « Antigone » de Cocteau, « Un ouvrage de dames » de Jean-Claude Danaud, « La patiente » d’Anca Visdei… Avec « Attention peinture fraîche » de Lupe Velez, elle joue au festival d’Avignon off 2007 et au theâtre Le Méry à Paris. Dernièrement, Oscar Sisto la met en scène dans « Mes ex et mes potes » de Christian Rubio.

 

jocelyne-petitpasJocelyne ISAAC : Mademoiselle Petitpas

Après une formation en pantomime puis en commedia dell’arte, elle joue des pièces d’auteurs contemporains (De Obaldia, Eric Wesphal, Alan Bennett, Mateï Visniec, Loleh Bellon) mais aussi classiques (Feydeau, Tchekhov). De 2012 à 2014, elle a joué dans un montage de textes de femmes célèbres : « Histoires d’Elles » au Guichet Montparnasse puis à la Vieille Grille à Paris. En plus de son travail sur les planches, elle fait partie de la Ligue Française d’Improvisation, et elle tourne, pour la télévision, dans des feuilletons (Louis Page, Adrien Lesage) ou des émissions (Mon Incroyable Fiancé). Depuis deux ans, elle fait des mises en scènes de « seuls en scène » et de spectacles musicaux… mais c’est un domaine où elle avance encore à « petits pas »…

veroniqueMISE EN SCENE DE VERONIQUE COSTA

Après une maitrise de géologie, elle se lance dans la carrière de comédienne. De Corneille à Vian, du théâtre classique au théâtre contemporain, elle a abordé tous les registres : « Léonce et Léna » de Buchner, « Rue traversière » de Vian, « La place royale » de Corneille, « La grenadine du café d’été » de Gros… Depuis 2002, elle s’est tournée vers la mise en scène. Molière, Genet, Aristophane, Ionesco, Tchekhov… Ses spectacles ont été joués à Clichy, Chantilly, Avignon… Ses mises en scène, toujours respectueuses des auteurs, ont conquis un large public.

Association Blotchy

L’Association Blotchy est un jeune collectif d’artistes et de techniciens qui diversifie ses activités dans plusieurs secteurs : Audiovisuel, Arts Plastiques, Musique, Littérature, Arts Vivants et Arts Nouveaux. Blotchy apporte des soutiens créatifs et techniques à différents groupes ou artistes en ajoutant un point de vue professionnel tout en gardant la fraicheur d’une vision instinctive. Que ce soit pour un groupe folklorique, un orchestre ou même une association sportive, ses membres créent et performent dans le seul but de rendre le public sensible à la culture de l’image et du son.

La Compagnie des Lumières

La Compagnie, association de loi 1901, a été créée en 2002. Elle travaille en collaboration avec les services culturels de la ville de Clichy-la-Garenne : spectacles créés au théâtre Rutebeuf, participation aux manifestations festives de la ville, ateliers en direction des adultes et des adolescents. Chaque spectacle a bénéficié d’une résidence au théâtre
Rutebeuf à Clichy-la-Garenne. La compagnie est subventionnée par la ville de Clichy-la-Garenne et le Conseil Général des Hauts de Seine.